Ce que je crois

  • MÉMOIRE, INTELLIGENCE, ET VOLONTE…

    Imprimer

                           MÉMOIRE, INTELLIGENCE, ET VOLONTE…

    Dans la société d’aujourd’hui où se projette déjà demain, nous vivons jour après jour sous la dictature envahissante de l’image. Lorsqu’une image apparaît, elle est perçue comme réelle et vraie, ce qui est hélas rarement le cas !

    De plus en plus, notre cerveau est ainsi conditionné à préférer la facilité immédiate d’une image, même contrefaite, même artificielle, à la réflexion sur l’origine et l’orientation de ce qui se cache derrière une représentation visuelle. La philosophie de l’instant a gagné du terrain dans les consciences, ce qui non seulement dévalorise la durée mais aussi accentue le règne invasif de l’émotion spontanée, au détriment de la raison et de l’engagement. Si l’image est un langage – avec un potentiel de valeur dans la communication – il serait bon de distinguer entre l’image et le verbe. Comment nous défaire de ces automatismes et accéder au discernement ?

    Lorsque la Genèse dit que « Dieu crée l’homme à son image », c’est la priorité et la finalité du principe créateur qui est affirmée. Car le verbe précède l’image et en conditionne entièrement la validité finale. Or toutes ces images qui inondent nos esprits sont confondues avec le verbe lui-même. Alors que l’image n’est en fait que l’outil d’un sens primordial qui se communique, tout est fait pour nous faire oublier que le sens précède la forme. Le logos est antérieur à toute manifestation de la vérité et il en reste le principe d’évaluation : « Au commencement est le Verbe… » écrit l’évangile de Jean dans son prologue. En effet, à l’origine est le sens, le logos, le logiciel créatif, puis la communication, ainsi l’image apparaît comme étant à son service, ce qui la relativise, et dissuade de l’absolutiser.

    Nous constatons combien dans la jeune génération les jeux vidéos foisonnant d’images envahissent les esprits et les façonnent, à tel point que beaucoup ne savent plus s’ils évoluent dans le monde réel ou dans un monde parallèle. Beaucoup d’adolescents ne parviennent plus à faire la différence entre le bien et le mal. La capacité de distinguer entre les deux a disparu…Cette confusion peut susciter des drames ou des errances.

    L’ère du numérique aura certainement beaucoup d’avantages pratiques, mais ne va-t-on pas voir s’accentuer ces risques de substitution du sens, par une sorte d’idolâtrie immédiate de l’image ? Va-t-on prendre le moyen pour l’objectif ? Au lieu de se découvrir à travers la mémoire vivante des textes inspirés et sacrés, donnant du sens et de la responsabilité à l’homme, on va peut-être tomber dans une servitude de l’image toute-puissante, englobante, une épiphanie du prêt à penser, comme une sorte de tour de Babel informatique…Deviendrons-nous des robots transhumanistes conditionnés par des codes préétablis ? Et au service de quelle finalité ?

    En réalité, le verbe précède l’image, l’image n’est pas une génération spontanée qui imposerait son pouvoir à des esprits préformatés dont la vocation ne serait plus dans le registre créatif mais dans l’adhésion passive et répétitive. La Parole inspirée a le mérite d’instaurer un espace, un recul face à la réalité.

    Pour prolonger cette réflexion plus spirituelle que philosophique, référons-nous à St Thomas d’Aquin dans son commentaire des oeuvres de St Augustin. Il insiste sur le fait que l’âme humaine s’exprime par ses capacités, mais elle est par elle-même beaucoup plus que la somme de ses capacités. Et St Thomas a repris la lucide réflexion de St Augustin pour considérer que l’homme, créé à l’image de Dieu, a aussi en lui-même une logique trinitaire. Il y a en l’être humain l’interaction du Père, du Fils et de l’Esprit-Saint, c’est pourquoi Thomas d’Aquin démontre combien la mémoire, l’intelligence et la volonté,  interagissent ensemble dans l’humanité. La foi reliée à l’intelligence devient une démarche féconde, ce qui met en évidence que la révélation ne contredit pas la raison mais l’accomplit.

    On sait à quel point le pape Benoît XVI a insisté sur le rôle de la raison dans l’attitude du croyant. Il a même pointé du doigt qu’une religion qui exclut la raison produit des monstruosités. En effet, la mémoire qui se réduit à l’imaginaire ou à l’émotionnel ne peut atteindre les objectifs de la foi vécue. L’intelligence est aussi appelée « verbe intérieur » car poussée par la volonté, l’intelligence éclaire les fondamentaux originels inscrits dans la mémoire. La volonté est la force de l’âme et sa cohérence.

    On définit souvent le peuple d’Israël comme peuple de la mémoire, ce qui est vrai. Et la permanence du témoignage israélite au cours du temps rappelle au monde des questionnements incontournables qui concernent toute l’humanité. Le message biblique est aussi le témoignage d’un projet révélé et d’un avenir livré à la confiance des croyants en l’alliance, que sont juifs et chrétiens, afin d’en éclairer toutes les cultures.

    Si on analyse les problématiques de notre temps, on pourrait avancer que la mémoire renvoie au Père, la source de vie communiquant ses projets par son Verbe. L’intelligence correspond au Fils donnant sens et consistance incarnée au bien voulu par le Père. Et la volonté, c’est l’Esprit qui met en œuvre les principes créatifs du Père,  selon l’expression aimante du Fils qui leur donne forme humaine.

    Dans la société d’aujourd’hui qui surestime l’incessante nouveauté, on constate le refus de la mémoire, c’est-à-dire la sauvegarde des principes initiaux de vie individuelle et collective, conditions de l’accomplissement d’un projet d’humanité. Si l’intelligence est déconnectée de la mémoire, elle risque d’être active mais en errance. Et sans la volonté, rien de valable ne se réalisera et tout projet prometteur restera lettre morte, malgré les discours incantatoires. « Ce ne sont pas ceux qui se contentent de répéter Seigneur ! Seigneur ! qui entreront dans le Royaume des cieux, mais ceux qui FONT la volonté du Père »

    La mémoire est en crise lorsque les valeurs fondatrices liées à la révélation biblique sont laissées de côté, et quand l’intelligence se fixe illusoirement sur des objectifs déviants ou éphémères. Parallèlement, ce déni des expériences humaines constructives de nos prédécesseurs interrompt le fil conducteur de l’histoire, conduisant ainsi subrepticement à la tentation insidieuse du nihilisme.

    Les Grecs valorisaient l’amour de la sagesse (philo-sophia), mais les chrétiens ont préféré la sagesse de l’amour (1 Cor 1 et 2). Même si cette sagesse semble folle aux yeux de certains, elle est plus intelligente qu’une sagesse sans amour. La volonté érigée en absolu sans lien avec la mémoire et l’intelligence conduit à des impasses tragiques, tel un totalitarisme. Elle se donne à elle-même sa propre loi et promeut l’individualisme, le relativisme éthique, avec des sujets qui ne se définissent abusivement qu’en termes de droits et jamais de devoirs.

    La volonté sans projet enraciné est vaine, sans perception des vrais enjeux, elle peut néanmoins s’exprimer avec force mais s’épuisera dans des causes indifférentes ou hostiles au véritable accomplissement humain.

    Autre triade évangélique convergente : la foi, l’espérance et l’amour, qui recoupent et confirment cette approche ternaire et unifiante de la mémoire, de l’intelligence et de la volonté.

    Les signes du langage doivent donc être continuellement décryptés, car les apparences sont trompeuses ! Ils nous renvoient toujours à autre chose qu’eux-mêmes. Il n’y a pas d’intelligence sans mémoire, ce qui permet de préserver son identité. Les peuples qu’on prive de mémoire ne savent plus d’où ils viennent et encore moins où ils vont.

    Dans le monde orthodoxe, Berdiaev osait affirmer : « notre programme social, c’est la Trinité ! ». Rappel du lien vital entre individuel et collectif, entre passé, présent et avenir, c’est à dire une dynamique interactive de l’origine vers la fin en passant par l’expression du concept puissant d’humanité en gestation, tiré de la Révélation. Pour conclure, écoutons cette oraison d’Ignace de Loyola :

    « Accueille Seigneur, et reçois toute ma liberté :

    ma mémoire, mon intelligence et ma volonté…

    Tout est à toi Seigneur, disposes-en selon ton entière volonté.

    Donne-moi seulement de t’aimer,

    Et donne-moi ta grâce, car elle seule me suffit ! »

                                      

    Abbé Alain René Arbez

     

  • S’INQUIETER DE L’AVENIR DES ADOLESCENTS

    Imprimer

                      S’INQUIETER DE L’AVENIR DES ADOLESCENTS

    Les conclusions de certaines études sur la jeunesse sont préoccupantes. La proportion de mineurs dans les délits violents grimpe en flèche. Visiblement, les tentatives de prévention revendiquées par les gouvernants ne portent pas vraiment leurs fruits. Le vrai problème est sans doute ailleurs, dans les conditions d’éducation des jeunes générations, smartphone, réseaux sociaux et videos.

    Ces fractures dans la transmission des valeurs individuelles et collectives ne concernent pas que les milieux populaires. Même dans les milieux considérés comme favorisés, les dérives multiformes sont également à l’ordre du jour.

    Cette dégringolade correspond à des étapes successives de dégradation :

    1/ les adolescents ne voient plus la différence entre le bien et le mal : l’athéisme, le relativisme et l’individualisme ambiants ont fait leur œuvre.

    2/  les jeunes confondent le virtuel et le réel : les jeux video, le déchaînement sur les réseaux sociaux, la pornoculture font que la violence se banalise.

    Tout cela traduit finalement une énorme carence dans l’éducation, et révèle l’absence de modèles éthiquement attractifs. De nombreux rouages de la société expliquent cette démotivation.

    Ainsi, le fait que très peu de jeunes ont aujourd’hui accès aux groupes de réflexion spirituelle aggrave l’ignorance abyssale des perspectives d’une vie humaine inspirée par des références bibliques. La culture de l’instant et de l’émotionnel prive les jeunes des perspectives à long terme qu’apporte la tradition judéo-chrétienne.

    On dit parfois que la religion a disparu des écrans. Il serait plus juste de dire que le sacré s’est déplacé pour s’investir ailleurs : on sacralise ce qui ne le mérite pas ! Il est cependant possible de constater que certains jeunes, certes minoritaires, découvrent la dimension inégalable que leur offre la foi dans des événements ou des célébrations, en particulier lorsque les temps forts d’Eglise donnent forme à une espérance en créant du lien intergénérationnel et interculturel. Mais le premier lieu d’adhésion reste la famille.

    Ce qui illustre bien ce passage du prophète Isaïe (40,29) :

    « L’Eternel donne de l’énergie à celui qui perd courage. Il redonne du dynamisme quand les forces s’épuisent. Les adolescents se fatiguent et se replient sur eux-mêmes. Les jeunes gens perdent l’équilibre de leur vie. Mais ceux qui mettent leur confiance en l’Eternel renouvellent leur désir de vivre. Ils prennent leur envol dans l’existence comme les aigles qui voient les choses d’en-haut. Ils peuvent presser le pas sans s’essouffler, ils vont de l’avant et gardent le rythme ! »

                                Abbé Alain René Arbez

                                Prêtre et éducateur



  •   Les trois tentations du Christ, version 21ème siècle…

    Imprimer

               Les trois tentations du Christ, version 21ème siècle…

    Le tentateur emmena Jésus sur les sommets du monde pour lui proposer d’agir sur le futur en collaborant avec lui:

    Il lui dit : crée un mouvement complètement séparé et sans aucun lien avec l’histoire sainte. Alors, tu connaîtras le succès immédiat grâce à tous ceux qui ignorent ou rejettent le témoignage du peuple de Dieu. Et Jésus répondit : arrière Satan, je ne suis pas venu pour créer une religion de plus, mais pour renforcer l’irremplaçable alliance de Dieu pour ce monde, et donc par respect pour l’unique vérité, il ne sera jamais proclamé que toutes les croyances se valent.

    Puis le tentateur revint à la charge et dit à Jésus : pour réussir, tu dois demander à ton assemblée de s’aligner sur les grands objectifs de gouvernance mondiale. Ainsi tu deviendras le plus puissant des mouvements qui veulent encadrer les peuples et conquérir l’univers. Et Jésus répondit : c’est mal me connaître, Satan. Mon royaume est celui de Dieu, il ne s’édifie pas à la manière brutale de ce monde, il est fondé non pas sur le pouvoir mais sur le service, et il ne se limite pas aux perspectives terrestres car il ouvre à une vie éternelle transfigurée par la puissance de l’amour.

    Alors le propagandiste des ténèbres fit une dernière tentative : si tu es le Fils de Dieu, impose à tous les hommes ce qu’ils doivent croire et comment ils doivent agir. Ainsi tu régneras sur les consciences et tu changeras le monde avec efficacité. Jésus répondit aussitôt : tu veux asservir la planète en laissant entendre que la relation à Dieu serait une soumission aveugle sans réflexion personnelle ? Non, je viens rappeler à tous que le Père crée l’homme en lui laissant le libre arbitre, avec la capacité de ses choix de vie, ce qui demande à chacun du temps pour progresser en se laissant transformer par l’Esprit. Cette révélation est accessible à travers les beautés de la création mais surtout par l’accueil des Saintes Ecritures.  Ainsi, mon Eglise relèvera tous les défis et elle offrira à chacun les forces nécessaires pour trouver un chemin équitable en donnant son vrai visage à l’humanité.

                                                            Abbé Alain René Arbez